…

Une approche légèrement différente

L’ambassade des Pays-Bas en Éthiopie a entendu parler du processus de la capitalisation des expériences et y a d’emblée vu une opportunité. Elle a organisé en collaboration avec le CTA un atelier de cinq jours sur la capitalisation des expériences en septembre 2017. Cet atelier, conçu sous un format légèrement différent, s’est révélé très efficace pour former des participants motivés et a donné lieu à une série d’articles.

L’ambassade néerlandaise en Éthiopie soutient de nombreux projets différents dans le domaine de la sécurité alimentaire, de l’eau, de l’agro-investissement, de l’égalité hommes-femmes et des changements climatiques. Pour encourager le partage des connaissances entre les projets et au sein même de ceux-ci, elle a créé le site Web Food Security Ethiopia, où les équipes des projets exposent leurs activités et leurs résultats. Pour aider les équipes des projets à rendre compte de leurs expériences, elle a organisé un atelier de cinq jours avec le CTA. En septembre 2017, 17 Éthiopiens d’horizons divers (projets gouvernementaux, ONG, communauté universitaire) se sont réunis à Addis-Abeba.

Parés pour le terrain

Comme il y avait une réelle demande de résultats spécifiques (de brefs articles à publier sur le site Web), mais peu de temps (un atelier au lieu de deux), nous avons adopté une approche légèrement différente de celle que le CTA a expérimentée dans d’autres régions. En une semaine, nous avons passé en revue la méthodologie de la capitalisation des expériences, avec la description et l’analyse de cas spécifiques, ainsi que la préparation d’articles de 500 à 600 mots dans chaque cas. Pour faire une pause entre les deux volets, nous avons visité une petite exploitation laitière.

Faute de temps, nous n’avons pu aller au fond des choses sur le plan théorique – comme nous le faisons dans les autres régions. Ajoutons toutefois que c’est en partie grâce à l’engagement des participants que nous avons pu en faire autant en si peu de temps. Les participants ont bien compris l’importance de l’analyse, ce qui restera l’un des accomplissements majeurs, et tous les articles qu’ils ont écrits sont presque terminés. Comme la longueur du dossier final était limitée, nous avons choisi de concentrer les articles et l’ensemble de l’atelier sur ce volet essentiel du processus de la capitalisation des expériences.

Comme l’a expliqué en détail l’un des participants, la plupart ont dit avoir compris à quel point il était important de ne pas se borner à décrire une expérience et de soumettre l’ensemble des activités et résultats à une évaluation critique et d’analyser ce qui s’était produit, ce qui s’était bien passé et ce qui aurait pu mieux se passer. C’est ce qui fait qu’un « produit » du processus de capitalisation, par exemple un article succinct sur un site Web, est intéressant. Il expose quelque chose qui a été appris à partir d’une situation concrète de la vie réelle. Les lecteurs prennent le temps de lire et de découvrir une expérience si on leur met sous les yeux quelque chose de nouveau, d’unique et d’intéressant ; ils sont aussi plus disposés à utiliser les enseignements tirés dans leur propre contexte.

 

 

© 2016, CTA. Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation

CTA is a joint institution operating under the framework of the Cotonou Agreement between the ACP Group of States (Africa, the Caribbean and the Pacific) and the EU Member States (European Union). CTA is funded by the European Union.